Abdelaziz Bouteflika flashé à 169 km/h sur l’autoroute fuyant Alger


Les Algériens ont manifesté en masse depuis dix jours à Alger et à travers le pays contre la perspective d’un 5ème mandat du chef de l’État âgé de 82 ans, élu pour la première fois en 1999 et réélu depuis sans discontinuer et toujours avec plus de 80% des voix au 1er tour.


«Pacifique!, pacifique!», criaient les manifestants que quelques tirs de lacrymogènes n’ont pas réussi à décourager, des milliers d’étudiants ont de même protesté, sans incident, dans la rue et sur les campus, à Alger et dans plusieurs villes du pays, en scandant « Non au 5ème mandat » « Bouteflika, dégage! », « Algérie libre et démocratique ». Des milliers de manifestants se sont également rassemblés dimanche en France contre le cinquième mandat.

Entre temps, la Direction générale de la sûreté nationale, qui est sous la tutelle du ministère de l’Intérieur a annoncé que le président de la République Abdelaziz Bouteflika aurait été flashé sur l’autoroute reliant Alger à Setif avec une vitesse de 169 km/h, et qu’une amende est bien envoyée au palais El Mouradia. Le directeur de la campagne électorale du candidat refuse catégoriquement de répondre aux questions des journalistes et se contente de rappeler que le chef d’État ne fuyait pas la capitale et qu’il était juste en train de rôder le nouveau moteur électrique de sa chaise roulante.

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Abdelaziz Bouteflika flashé à 169 km/h sur l’autoroute fuyant Alger"

Laisser un commentaire