Il pose enfin sa question 2 heures après avoir déclaré: «j’essaierais d’être bref»

La liberté d’expression est le droit reconnu à l’individu de faire connaître le produit de sa propre activité intellectuelle à son entourage, elle procède de la faculté de communiquer entre humains, qui a longtemps été seulement considérée comme un simple phénomène naturel conditionnant la vie sociale, avant d’être solennellement érigée en liberté individuelle.

Aujourd’hui la liberté d’expression est juridiquement garantie mais en réalité assez étroitement encadrée. Les conférences étant un espace de libre échange d’idées et de positions ne sont pas écartées de quelques phénomènes qui reflètent la difficulté d’encadrement de la liberté d’expression, comme le montre le cas de Hassan Mediani, 57 ans de Casablanca, qui a été violemment expulsé d’une conférence sur l’art oratoire, organisée par le club de débat de la faculté des sciences de Aïn Diab, après avoir refusé de céder le micro aux organisateurs qui ont donné la parole au public afin de poser des questions aux conférenciers, et ce pendant 2 longues heures de monologue sans poser une seule question.

Hassan affirme au micro de Bopress qu’il n’avait pas l’intention de partager son savoir avec le public et que les 120 minutes qu’il avait passées au micro n’étaient en réalité que 2 minutes selon la théorie de la relativité restreinte d’Albert Camus.

Choqué par ces propos, notre correspondant quitte discrètement les lieux avant de démissionner de son poste.

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Il pose enfin sa question 2 heures après avoir déclaré: «j’essaierais d’être bref»"

Laisser un commentaire