Création d’une maison close de poupées à Ben Guerir pour lutter contre les agressions sexuelles

Suite aux derniers faits divers d’agression et de violences contre les femmes, et sous le haut patronage du ministère de la famille et en partenariat avec la Rabita des oulémas, l’INDH, l’initiative nationale pour le développement humain, lance le projet «nik_ya_wlidi», un programme qui s’inscrit dans un processus de consolidation des droits de la femme et qui permet la lutte contre les agressions sexuelles.

À cet effet, ce projet concerne la création de maisons closes formellement subventionnées par l’État, et qui ont comme pensionnaires des poupées sexuelles dites gonflables. Interrogée lors de l’inauguration de la première maison close « MoNik » à Benguérir, la ministre s’est félicitée de la réussite de ce premier essai sur le terrain assurant qu’il sera dupliqué et implémenté sur l’ensemble du pays. Elle a souligné que «grâce à ce projet, nous faisons d’une pierre deux coups, nous réduisons le chômage et nous luttons contre les violences, c’est vraiment le pied

Une représentante du bureau exécutif de la Rabita des oulémas, a déclaré que cette approche respecte la charia et maintient les constantes religieuses intactes. Et que ces poupées sont comparables à des captives de guerre, une guerre contre la turpitude et l’ignominie qui ronge notre société.

L’heureux bénéficiaire de la boutique, à peine âgé de 21 ans, a exprimé sa jubilation et celle de tous ses clients: «bismillahrhmanrahim, je profite de cette occasion pour remercier les responsables de ce programme, ça nous fait beaucoup de bien, c’est jenna mon frère, on en a de toutes les formes, de toutes les couleurs, c’est vraiment une femme, une femme qui parle pas, l’extase !W 3acha l malik!»

 

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Création d’une maison close de poupées à Ben Guerir pour lutter contre les agressions sexuelles"

Laisser un commentaire