Le Maroc censure les dessins animés pour protéger ses enfants des manigances de la franc-maçonnerie

Le Conseil Supérieur des Oulémas est une institution créée au Maroc en 1981, pour diffuser la religion musulmane auprès des marocains dont la plupart sont restés païens. Comme toute entité religieuse, ce conseil se mêle des affaires spirituelles des individus, mais se charge aussi de contrôler le paysage religieux, pour soumettre la société à l’autorité de Dieu et des clergés. Ses fatwas (avis juridiques) sont donc généralement adoptées par le gouvernement marocain devenu islamiste depuis 2011.

La dernière recommandation de ce Conseil, présidé par Ahmed Toufiq, est d’interdire les dessins animés pour empêcher les franc-maçons de manipuler les enfants musulmans, à travers leurs messages subliminaux : symboles sataniques, sexuels, illuminati, blasphèmes, ésotérisme, etc. Dorénavant, les jeunes marocains ne pourront plus suivre leurs mangas préférés sur les chaines télévisées.

Le cheikh Abdelhamid Abounaïm, secrétaire général du Conseil déclare : «Les dessins animés sont la piste préférée des infidèles pour manier nos enfants. Vous savez tous l’histoire du Pokémon, ces créatures imaginaires qui ont fait propager la théorie de l’évolution auprès de nos enfants. Ce n’est qu’un exemple et j’en ai d’autres: Naruto, Naruto Shippûden, Yu-Gi-Oh Oh, Captain Majed, Oggy et les Kuffars, etc . Ces dessins travaillent la jeunesse musulmane, et la poussent à accepter les idées et les valeurs impies de l’Occident: les câlins, le sourire, la monogamie, le doute, la curiosité, l’égalité des sexes, le port du pantalon, la dance rythmique, le football, etc. La liste est longue, mais pas pour longtemps».

Le cheikh, connu pour ses attaques qu’il profère tout le temps contre les personnalités laïques au Maroc, termine son discours en restant fidèle à son lifestyle: «Nous allons couper avec cette culture une fois pour toutes, en attendant le jour où l’on va couper les têtes des laïcs qui n’ont rien d’autre à faire dans la vie, que d’ébranler la foi des musulmans».

About the Author

Dahmad Boutfounast
Je suis un journaliste sérieux et indépendant.