Une femme décédée non déclarée à la CNSS sort de son silence pour innocenter son employeur

C’est une histoire à peine croyable qui fait la une des journaux ces trois derniers jours. A Casablanca, une femme de 43 ans décédée samedi dernier, a repris connaissance pendant 20 mn avant de perdre la vie une fois pour toutes.

Le fossoyeur qui fossoyait des fosses, vous m’accorderez bien qu’il n’était pas en train de pique-niquer, perçut un son provenant de la tombe de la défunte. Ayant l’ouïe macabrement aiguisée, il entendit une complainte des plus lugubres de l’histoire des mort-vivants:
«Je n’avais pas une carte RAMED mais j’ai été déclarée à la CNSS de mon vivant.» Des paroles glaçantes répétées pendant au moins une vingtaine de minutes et qui sonnent le glas de cette affaire d’arnaque à la CNSS.

L’avocat de la famille de la défunte, accessoirement fin connaisseur des films d’Hitchcock et nécromancien au Moussem de Regraga, a exprimé ses doutes par rapport à ce rebondissement : «Je reste perplexe».

En attendant que le protagoniste de l’affaire sorte de son mutisme assourdissant, selon notre cartomancier, la CNSS devrait entamer une enquête.