CNDH: il n’existe pas de prisonniers au Maroc, il ne s’agit que d’une population profitant de l’hospitalité étatique

Pour mettre fin à la dernière polémique soulevée par les propos de la présidente du CNDH concernant la définition juridique de l’expression « prisonnier politique » au Maroc, un comité constitué de scrabbleurs et experts en mots fléchés a été formé.

Après des heures de cogitation, il en est sorti que s’agissant d’un pays comme le Maroc, le terme même de « prisonnier » n’est pas adéquat. En effet, les personnes ayant commis des bavures et des délits en osant manifester et exprimer leurs opinions seront, certes, privés légalement de leur liberté mais d’un autre côté profiteront de l’hospitalité à la marocaine, nourris et logés aux frais de l’état.

Pour mettre fin à cette fausse polémique, nous avons posé la question à notre expert financier Dahmad, il nous explique : « Effectivement, il faut toujours voir la bouteille à moitié pleine comme on dit. Supposons qu’un des ces hôtes profite de l’hospitalité étatique pendant un an, et bien il gagnera un an de loyer et de nourriture, n’est-ce pas une petite épargne? Sans parler de ceux qui comptent y rester 20 ans et plus! Que de bénéfices!! »

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "CNDH: il n’existe pas de prisonniers au Maroc, il ne s’agit que d’une population profitant de l’hospitalité étatique"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*