10 ans de prison pour une femme coupable d’inceste ayant déclaré à son copain «Kanbghik bhal khouya»

Ce vendredi matin, une jeune femme fut condamnée à 10 ans de prison ferme pour inceste et outrage à la pudeur. Après une relation amoureuse de 3 ans avec son copain, elle décide de mettre fin à son aventure d’une manière classique et très connue pour son efficacité, le Brotherzonage, inspiré de la Friendzone, qui consiste tout simplement à considérer quelqu’un comme étant son frère afin de freiner toutes tentatives de rapprochement.

C’est alors dans un café à Hay Riad que Khadija annonce à son copain la mauvaise nouvelle en lui balançant «Kanbghik a hamid walakin bhal khouya». Choqué par ses propos, Hamid, étudiant en droit à la faculté des sciences juridiques et sociales de Rabat, quoique son aventure avec le S1 soit loin d’être achevée, décide de consulter ses cours et découvre le concept de « l’effet rétroactive de la loi », il décide alors de poursuivre sa copine en justice pour « inceste ».

On rappelle que l’inceste qualifie les « relations sexuelles prohibées entre parents très proches », entre parent et enfant, entre enfants d’une fratrie (y compris demi-frère et demi-sœur), entre grand-parent et petit enfant, ou encore entre oncle ou tante et neveu ou nièce, voire selon certains entendements entre cousins, un crime passible de 5 à 10 ans de prison selon le droit pénal marocain

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "10 ans de prison pour une femme coupable d’inceste ayant déclaré à son copain «Kanbghik bhal khouya»"

Laisser un commentaire