Monopoly Mohammedia : Mfadel et Allali s’accaparent toutes les cartes de propriété

Nous avons rarement vu une partie aussi bien menée dans l’histoire du Monopoly. Il est impossible de circuler sur le plateau de jeu Mohammedia sans tomber sur une rue appartenant à Mfadel ou Allali et par conséquent leur payer un loyer.

Après avoir construit toutes les 32 maisons vertes, ils se mettent à placer leurs hôtels pour le plus grand désarroi des autres joueurs.

Cependant comme dans chaque partie de Monopoly, les accusations de tricheries (de mauvaise foi certainement)  vont de bon train.

Comme dans toutes les parties du monde, les autres joueurs contestent la période durant laquelle Mfadel contrôlait la banque. L’un d’eux ayant dû céder son restaurant et sa boîte de nuit lors d’une négociation,  nous révèle qu’il existe des doutes sur les ventes aux enchères, gestion des titres, et la récolte des taxes et amendes. Plusieurs  joueurs  se plaignent de n’avoir jamais vu les deux gagnants tomber sur la case impôt, ni de service public et en plus de cela, profiter des moments d’inattentions pour  sauter des cases.

La même source préconise à la ville de se doter du nouveau Monopoly édition « spécial tricheur », pour que tout le monde ait les mêmes chances de gagner. Dans le cas d’un refus, les joueurs se tourneront vers le Stoopido.

PS : La rédaction de Bopress tient à féliciter les gagnants de la partie « Mohammedia ». Nous sommes un journal sans déontologie à la recherche de fonds, vous pouvez nous posséder et contrôler notre information en échange de quelques billets. Nous pouvons même supprimer cet article.

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Monopoly Mohammedia : Mfadel et Allali s’accaparent toutes les cartes de propriété"

Laisser un commentaire