Révolte chez les verbes : quand deux verbes se suivent, le deuxième refuse désormais de se mettre à l’infinitif.

La révolte gronde chez les verbes. Sur les réseaux sociaux, dans les articles de journaux, et même à la télévision, quand deux verbes se suivent, le deuxième refuse désormais de se mettre à l’infinitif et préfère plutôt être au participe passé.

Nous avons voulu en savoir plus mais nous avons dû y renoncé. Voilà, comme vous l’aurez remarqué, notre rédaction est elle aussi victime de ce mouvement d’insubordination verbale : le verbe « renoncer » refuse obstinément de se plié (et il est rejoint par le verbe « plier ») à cette règle que les verbes ont pourtant respectée sans la moindre réticence pendant des siècles.

Tout ce que nous pouvons vous dire, c’est que cette révolte ne concerne que les verbes du premier groupe, comme le prouvent les verbes « dire » et « savoir » qui se sont montrés très coopératifs au début de ce paragraphe et du précédent. En effet, personne ne dit « *Je voulais lui tordu le bras », mais on dira très facilement « *Je voulais lui cassé la gueule » !

Il ne nous reste qu’à espéré (!) que le mouvement ne va pas s’étendre aux autres groupes.

About the Author

Mohammed Srhir
Même quand je dis rien, je dis tout.

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Révolte chez les verbes : quand deux verbes se suivent, le deuxième refuse désormais de se mettre à l’infinitif."

Laisser un commentaire