Tanger : pris pour des matraques, des godemichés ont été utilisés par les forces de l’ordre pour dissiper une manifestation

Hier soir, des manifestants solidaires avec le Hirak du Rif, ont surpris les autorités locales à Tanger. Personne n’a déclaré ni appelé à un tel événement. Les protestants se sont rassemblés rapidement sur la place des Nations. En moins d’un quart d’heure, 250 citoyens hurlaient déjà des slogans de solidarité avec Zefzafi et El Mahdaoui.

L’autorité locale a reçu l’ordre de dissiper la manifestation par force. Une unité de police et deux unités des forces auxiliaires devraient être sur les lieux le plus vite possible. Le chef de la police locale donne alors ses ordres au centre sécuritaire 926, pour accomplir la mission qui paraît être facile.

À ce moment là, les membres de ce centre mal organisé ne s’attendaient à rien. Quelques-uns faisaient leur prière de Maghreb. Un groupe prenait son Iftar pour rompre le jeûne du Lundi. Un autre groupe regardait une scène porno marocaine sur une tablette chinoise. Et d’autres jouaient sur leurs téléphones portables. L’appel reçu, une sirène d’alerte retentit, appelant tout le monde à se mettre en route. Même ceux qui faisaient la prière ont dû l’arrêter. Les hommes mettent rapidement leurs uniformes, et passent par l’antichambre pour s’armer de leurs matraques récemment arrivées du Brésil.

Un membre de l’unité ouvre le carton bien emballé pour distribuer les matraques. Surprise. Ce n’était pas des matraques qu’on a l’habitude d’utiliser ici. Ils étaient plus petites, sous forme de bite humaine, mais ils étaient noires et dures, et ils feront l’affaire. L’unité sur place, elle réussit à dissiper la manifestation rapidement, et sans arrestations ni blessures.

On ne sait pas si la police a lancé une investigation pour savoir comment ces godes sont arrivés là. En tout cas, ça reste un événement sans précédent et historique.

About the Author

Boubker Dylan
La guerre ne sert plus à rien, lorsque toutes les femmes sont mortes.

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Tanger : pris pour des matraques, des godemichés ont été utilisés par les forces de l’ordre pour dissiper une manifestation"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*