Ministère de La Culture et de la Communication: Les mendiants et les Mcharmlines de Rabat auront droit à la carte d’artiste

Rabat s’est fait forger une image de ville lumière, capitale africaine de la culture avec son pittoresque théâtre, ses musées et bibliothèques, sans oublier l’international Mawazine. Aujourd’hui le ministère de la culture veut renforcer cette image, qui attire un public national et international et participe pleinement au développement économique de la ville.

Depuis le mois d’Avril dernier, une cellule d’urgence est constituée au sein du service de développement culturel pour élaborer un programme. Après de longues études, le ministère mise sur l’art contemporain et le théâtre de rue comme leviers du développement de ce programme.

Le premier dispositif, intitulé « Les vendredis de l’Art Contemporain », est destiné aux mendiants qui jonchent les trottoirs du quartier de l’Agdal et les alentours des mosquées, spécialement sur le boulevard Fal Ould Oumeir. Ces mendiants, seront considérés comme artistes contemporains qui font des performances dans l’espace public, afin d’interpeller la classe moyenne sur la condition humaine, et les grandes questions auxquelles le monde actuel tente de répondre. Des visites guidées seront organisées par des gardiens de parkings, après une formation aux techniques de guidage conférencier.

Le deuxième dispositif qui concerne le théâtre de rue, est un festival annuel qui sera programmé dans les quartiers défavorisés de la ville, 1h avant le Ftour durant tout le mois du Ramadan. Le festival s’intitule « Ghabatéatr ». Ghaba en arabe veut dire forêt-jungle mais fait aussi allusion à Rabat. Pour vaincre le phénomène du Tcharmil ramadanesque, ce dispositif vise à encadrer cette catégorie sociale par le théâtre en lui donnant droit à la carte d’artiste. Pour le metteur en scène Jaouad Essounani, tous les éléments constitutifs du spectacle sont présents. C’est une occasion pour les R’batis d’assister à des spectacles gratuitement et pourquoi pas en faire partie, c’est le théâtre qui s’impose sur l’espace public. Des After’Ftours et plein de surprises attendent les publics.

Par contre, les autres professionnels du spectacle vivant ne sont pas tous d’accord sur ce programme. Certains le considèrent comme une menace pour les fonds d’aides et soutiens. Un serveur au café de La Ruche, QG des artistes et qui se situe à quelques mètres du ministère, nous a déclaré que le champs culturel est saturé de mendiants et de Mcharmlines qui ne lisent même pas une affiche. Comment peut-on officialiser d’autres ?

About the Author

Raïss Ijlane
Un Raïss troubadour égaré

Soyez le premier à ajouter un commentaire sur "Ministère de La Culture et de la Communication: Les mendiants et les Mcharmlines de Rabat auront droit à la carte d’artiste"

Laisser un commentaire