Après le communiqué du Conseil Supérieur des Oulémas autorisant l’apostasie, le ministre des Habous Ahmed Toufiq se convertit au Bouddhisme

Le Conseil Supérieur des Oulémas au Maroc a publié récemment un communiqué, où il retire la fatwa qui condamne à mort les musulmans apostats, et autorise ainsi la liberté de religion dans le royaume chérifien.

Après cette déclaration, des milliers de marocains ont quitté volontairement leur vieille doctrine héréditaire, maintenue jusqu’à présent par la peur d’être décapité par l’État Islamique du Maroc. Et ce n’est pas le nombre des apostats qui est surprenant (selon Ibn Khaldoune, les amazighs avaient apostasié 12 fois entre le 6ème et le 14ème siècle), mais plutôt les personnes qui ont déclaré l’abandon de l’islam, chose à laquelle on n’avait pas droit il y a même pas quelques jours.

Parmi ces gens figure l’ancien détenu salafiste, Mohamed Abdelwahhab al-Rafiki, aussi connu sous le nom d’Abu Hafs, et qui a annoncé qu’il avait embrassé la confession chiite. Mais le plus étonnant, était le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq qui a déclaré qu’il s’était converti au bouddhisme. Akhnapress a rendu visite à monsieur le ministre pour essayer de comprendre les raisons derrière son choix, mais aussi pour savoir pourquoi il a jeté son dévolu précisément sur le bouddhisme et non pas une autre religion.

Ahmed Toufiq qui était en train de méditer sous un arganier dans sa villa de Taroudant, nous a accueillis chaleureusement avec un verre d’eau, pas plus. Puis il nous a confié: «Namaste, pourquoi j’ai changé de religion? C’est juste parce que je veux donner l’exemple. Comment va-t-on prouver que le Maroc jouit vraiment de la liberté de religion? Il n’y a pas mieux que cela: moi, le chef des clergés qui se convertit lui-même. Mais entre nous, j’ai toujours été agnostique, comme beaucoup des Oulémas et des Imams au Maroc. J’ai même lu l’Origine Des Espèces, avant de lire Sahih al-Bukhari pour les besoins du boulot».

Le ministre nous a bien sûr demandé de ne pas publier ses confessions à propos de son agnosticisme, mais on ne lui a rien promis. Pour la deuxième partie de la question, le ministre déclare : «J’ai choisi le bouddhisme pour aucune raison. Je veux tout simplement explorer un nouveau monde, celui de la terre, j’en ai marre du culte céleste. Et à vrai dire, le bouddhisme est beau, le nirvana me va bien, et désolé Burma (Birmanie)».

On note que cette vague d’apostasie a déclenché une forte polémique, surtout auprès des cheikhs qui ont dénoncé les actes de leurs anciens camarades. Mohamed Fizazi s’est enragé en écrivant sur son mur Facebook : «Abu Hafs, je le connais depuis longtemps, c’était toujours un maudit chiite, il avait même une photo d’ Al-Hussein dans sa cellule de prison. Quant à ce renard berbère de Toufiq, sa décision ne m’a pas vraiment surpris. Il est issu d’une race maudite qui n’a jamais adoré Dieu, et c’est normal qu’il renoue avec le paganisme de ses ancêtres. Que dieu préserve notre roi, le prince des croyants».

About the Author

Dahmad Boutfounast
Je suis un journaliste sérieux et indépendant.